ADN

adnAu bout de 20 années dans une entreprise, on a la facheusse habitude de faire entrer cette entreprise dans tous les interstices de sa vie. Dans la cuisine grâce à des mugs publicitaires, dans les amitiés : et oui, qui est cette personne exactement pour moi ? un ami ? un collègue ? un ex-collègue ?

L’entreprise entre également dans le language. A …. on fait comme ci, à …. on a fait ça.

Le langage est difficile à changer. Je me prends à dire encore « on » ou « nous » lorsque je mentionne mon ex-employeur. C’est un travail au quotidien que de se reprendre.

En fait, il ne s’agit pas simplement de mentionner systématiquement son ancien employeur dans les conversations mais il s’agit ici de se libérer de son ancien employeur/tortionnaire. De ne plus être responsable de leurs décisions, de ne plus s’excuser lorsque des clients ont eu des mauvaises expériences. Cela fait partie du processus de deuil. Le lien doit être coupé. Même si ce lien a été maltraité et violemment déchiré, il reste des bribes qu’il convient de détacher, avec respect et sans haine.

Ils ne valent pas la peine que j’utilise mon énergie à les haïr.

bon vent…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s