La fin des haricots

Je le pressentais avec mon blues du dimanche. Je l’anticipais avec ma fuite des personnes toxiques et voilà…

Mon équipe vient de diminuer de moitié. Lire la suite

Publicités

Clochers

querelles22Il y a quelques semaines de cela, le DRH (mon ex-chef, je crois), vient vers moi pour me demander si je peux aider une chef de service, que nous allons appeler Marcelle, pour mener à bien un projet touchant de près les systèmes d’information.

Marcelle serait alors la chef de projet et nous agirions en tant que conseillers.

Je lui réponds que « Chef de projet » c’est un métier et que si nous nous occupons de ce projet, c’est pour le mener à bien en tant que tel et que ce n’est en rien remettre en cause les compétences de Marcelle qui serait de toute manière Responsable métier de ce projet.

Après plusieurs réunions bipartites menées par le DRH, l’affaire est conclue, c’est notre service le Chef de Projet.

Nous agissons donc en tant que tel et, pendant 1 mois, prenons les contacts avec chacun et commençons la planification.

A la séance de projet suivante, Lire la suite

Ma mission

Nouveau projet validé, nouvelle mission.

missionSelon le sponsor de ce projet, il faut implémenter un système d’information sans changer le processus de travail et sans avoir d’incidence sur l’organisation.

J’ai dit : « oui, bien sûr »

J’ai pensé : « mais pauvre *#%!&*, non seulement tu ne connais rien à ton boulot mais en plus tu veux m’apprendre le mien ! ».

Pour cette personne un système d’information est un outil comme un stylo. Elle passe à côté de tous les avantages de la digitalisation, de toute l’innovation possible et surtout elle évite à chacun de se poser les questions de l’efficacité des processus.

Ce qu’elle refuse de voir, c’est que le système actuel est tellement lacunaire qu’il permet à des professionnels mal intentionnés de profiter de sa cécité pour s’en mettre plein les poches.

Ils seront encore tranquilles longtemps avec une telle vision.

Pour des raisons personnelles, ou simplement par paresse ou lâcheté, je ne souhaite pas chercher un autre boulot pour le moment, alors j’ai décidé de faire semblant. De dire à ce genre de personne ce qu’elle a envie d’entendre.

Ma mission : faire le minimum légal pour garder mon job.

Ma mission : mettre mes connaissances, mon cœur, mon énergie ailleurs.